D’ACIER et D’ECORCE



Bois et acier, poumon vert et terre rouge riche en fer, nature et industrie. Ces deux réalités s’entremêlent au Luxembourg. Pays agricole au moment de son indépendance, le Luxembourg se développe au 19e siècle en un pays au visage moderne et une puissance économique qui sera  l’un des plus grands producteurs sidérurgiques d’Europe dans les années 1920 et au-delà.

Depuis, le Luxembourg a fort changé. Les secteurs de services, et principalement les services financiers dominent et font du Luxembourg un centre financier reconnu internationalement. Le Luxembourg reste toutefois pleinement conscient  que l’acier fût à la base de son développement économique et de sa prospérité.

Ce même contraste se retrouve également dans l’histoire de la République tchèque, dont est issue l’artiste. La Tchécoslovaquie faisait partie des pays européens les plus avancés industriellement dans l’entre-deux guerre  alors que de larges pans de son territoire restaient dominés par des bois.

L’exposition « D’Acier et D’Ecorce » joue sur ce contraste qui existe au sein des deux pays, sur cette apparition soudaine du mode de vie industriel dans le mode rural. Elle met également un trait d’union entre l’histoire du pays d’origine de l’artiste et son pays d’adoption,  et tout cela dans le parc Solvay, petit joyau au cœur de Bruxelles, dont le cadre se prête à merveille à cette exposition.

Formée à Prague, à la prestigieuse Académie des Beaux-Arts, dans cette ville dont la silhouette fut façonnée par des empereurs luxembourgeois à l’image du pont Charles, qui porte le nom de son bâtisseur, Charles IV, le fils de Jean l’Aveugle, roi de Bohême, et comte de Luxembourg, Mme  Mrázková est installée et travaille à Luxembourg depuis 26 ans. Elle connait ainsi mieux que quiconque les similitudes entre les deux pays.

L’exposition de par l’artiste ainsi que de par son thème ne pouvait qu’occuper une place de choix dans le programme culturel de la Présidence luxembourgeoise de 2015 du Conseil de l’Union européenne. L’Ambassade du Grand-Duché de Luxembourg s’associe avec plaisir à cette magnifique exposition qui ravira certainement tous ses visiteurs.

Jean-Jacques Welfring, Ambassadeur du Luxembourg 






D'acier et d'écorce


l'Espace Européen pour la Sculpture lové dans le parc régional Tournay-Solvay , a pour vocation de promouvoir des artistes des différents États membres de l'Union Européenne. Plus précisément à inviter un plasticien du pays qui exerce la présidence à venir dialoguer avec le sublime environnement d'un des plus beaux parcs publics de la Région  de Bruxelles-Capitale,lieu discret,à la fois exceptionnel et magique, à l'investir de ses œuvres le temps d'une exposition.

Ainsi,  dans le cadre de la présidence luxembourgeoise du Conseil de l'Union Européenne, l' EES a convié l'artiste  indépendante professionnelle Iva Mrazkova à faire entrer en symbiose ses sculptures avec la nature.
 Née  en 1964 à Opava en République tchèque, diplômée de l’Académie des Beaux-arts de Prague et de l’Académie Pietra Vanucci de Perugia (Italie),  Iva Mrazkova s’est installée voilà 26 ans au Grand-Duché de Luxembourg.

Depuis lors, elle est devenue une figure incontournable de l’art luxembourgeois. Son travail pictural et sculptural nous entraîne dans un univers inédit, élégant et novateur. Membre du Cercle artistique de Luxembourg, lauréate de nombreux prix nationaux et internationaux l'artiste, européenne dans l'âme s'emploie, par son travail et ses engagements diplomatiques, à être un vecteur culturel sensible entre le Luxembourg, la Tchéquie et les autres pays de l'Union.

En effet, son travail se nourrit de la richesse de sa double culture.  Elle est l’incarnation parfaite de la multiculturalité laquelle, au fil des générations, a donné au Luxembourg son visage incomparable et son effervescence artistique.

Particulièrement honorée, profondément heureuse de présenter ses œuvres dans ce  cocon qu'est le Parc Tournay-Solvay, Iva Mrazkova a sélectionné des pièces représentatives du potentiel inspirateur de la nature et de l'harmonie dont elle se nourrit.

En effet la plasticienne, depuis 2007, laisse libre cours  à ses tentations tridimensionnelles dans la réalisation de pièces sculpturales, grâce aux encouragements et à l'aide précieuse d’un de ses élèves, Jean Bichel, forgeron et maître en constructions métalliques.

IVA MRAZKOVA entretient un rapport très intime à la nature.
Bien que l'artiste s'exprime dans un vocabulaire abstrait, elle convoque dans son art de nombreuses références à l'espace, à l’environnement , aux paysages inspirateurs qu'elle admire durant lors de ses pérégrinations bucoliques ou simplement lorsque chaussant ses baskets, elle court se ressourcer dans la belle forêt de Wadbredimus, son havre luxembourgeois.

Elle est ainsi Iva, elle produit comme une plante produit ses fruits  pour paraphraser le grand Jan Arp , mais ne reproduit pas cette nature. Elle tend également à traduire dans son travail pictural comme sculptural le mouvement dans toute son essence ainsi que la dualité de la nature et de l'humanité.

Ses pièces, qu'elles soient les monumentales œuvres en acier Corten ou les délicats formats réduits en bronze, transcrivent tous des courbes dansantes, des lignes serpentines à faire se pâmer Hogarth et des entremêlements de formes, éléments prépondérants de ses recherches sur le mouvement dans l’espace. 
Iva Mrazkova s'emploie également à  y fixer certaines de ses fluctuations émotionnelles et  les doter de sa conception personnelle sur les relations de couple, son rapport aux autres et au monde. 

Les éléments modulaires en s’unissant, se repoussant ou s'affrontant sont à appréhender aussi bien comme des projections émotionnelles que des formes organiques. D'ailleurs, l'auto-patine à corrosion superficielle de l'acier Corten se lit tel un épiderme qui épouse totalement par sa chromie l'environnement naturel. De ce fait, l'acier s'unit à l'écorce en une harmonie délicate et subtile puisque le travail d'Iva Mrazkova n'est pas tonitruant. Bien au contraire, il se livre avec pudeur et parfois même une émouvante et délicate sincérité. Il bruisse à l'instar du feuillage des arbres par le souffle de la richesse intérieure de l'artiste.

 Voir ses pièces s'égailler dans un magnifique parc qui combine un éventail d’espaces des plus domestiqués aux plus sauvages est indubitablement pour la sculptrice un épanouissement idéal. un véritable bonheur  Elle qui voit et vit la nature comme une matrice  où nous pouvons nous blottir afin de nous ressourcer, d'y laisser voguer notre imaginaire, ou d'y faire vibrer la corde de l’introspection.

Nathalie Becker, historienne d'art et critique. mai 2015

Exemples de citations :
Rien ne vaut la force de l’amour de l’homme pour sa terre, sa forêt, ses fleuves, ses montagnes, ses rochers, ses arbres, ses oiseaux, ses pierres.
Jean-Marc Adiaffi

"C'est l'art qui, loin d'imiter la nature, ne s'en inspire que pour la faire comprendre". Le Senne



"mouvement" I.Mrazkova . Espace européen pour la Sculpture
juillet 2015
installation de l'exposition d'ACIER & D'ECORCE
Parc régional Tournay-Solvay
C.Ph. F.E.



Presse de ce 15 juillet 2015

Luxemburger Wort : Rubrique KULTUR